CE SONT DES ARCHIVES EN LIGNE DU SITE WEB DE LA PRESIDENCE CHYPRIOTE DE L’UE EN 2012. LE SITE NE SERA PLUS MIS A JOUR.
 
Contrôle des frontières et migration

L’évolution de l’économie mondiale et la nouvelle réalité de l’Afrique du Nord et du Moyen-Orient ont fait apparaître des défis majeurs pour l’UE dans les domaines de la liberté, de la sécurité et de la justice. L’UE a besoin d’une approche globale, cohérente et à long terme pour pouvoir y faire face, ce qui nécessite que les Etats membres coopèrent mieux et plus en s’appuyant sur la confiance mutuelle et la solidarité.

La situation démographique de l’Europe exige de l’UE qu’elle mette sur pied une politique migratoire d’ensemble fondée sur des procédures d’admission communes et un traitement équitable des ressortissants de pays tiers. L’élaboration d’un cadre juridique européen des migrations constitue un élément vital de cette politique migratoire d’ensemble. Ce type de politique peut contribuer à la future prospérité de l’UE ainsi que des pays d’origine des migrants. La Présidence va donc concentrer ses efforts sur la conclusion d’un accord pour ce qui est des propositions relatives aux procédures réglementant l’entrée, le séjour temporaire et la résidence des personnes faisant l'objet d'un détachement intragroupe d’une part, et aux conditions d’entrée et de séjour des travailleurs saisonniers, d’autre part.

Une intégration réussie constitue l’élément clé qui permettra de maximiser les avantages de l’immigration, à la fois pour les sociétés d’accueil et pour les migrants eux-mêmes, sur les plans du développement économique et de la cohésion sociale. Ceci étant, la Présidence va essayer améliorer la coopération entre Etats membres et autres parties prenantes afin de mieux utiliser les avantages de l’intégration avec la participation active de la gouvernance locale et régionale. Á cet égard, il est de la responsabilité conjointe de tous les niveaux de gouvernance de fournir les efforts nécessairs et il convient de reconnaître le rôle prépondérant des autorités locales et régionales quant à l’élaboration et à la mise en œuvre des politiques nationales d’intégration. La Présidence chypriote sait combien la gouvernance locale et régionale peut contribuer à une intégration réussie et a par conséquent décidé de mettre ce principe en avant lors d’une conférence d’experts qui aura lieu le 20 novembre à Nicosie durant laquelle la question sera examinée.

En outre, la Présidence chypriote continuera de traiter les défis liés à l’immigration illégale dans le plein respect des droits fondamentaux, des libertés et de la dignité humaine. A cette fin, la Présidence va veiller à la mise en œuvre de L'action de UE face à la pression migratoire - Une réponse stratégique et en assurera le cas échéant le suivi. Enfin, la Présidence travaillera à la conclusion d’accords de réadmission avec d’importants pays de transit et d’origine.

L’objectif de l’UE est de continuer à faciliter l’accès légal au territoire de ses Etats membres tout en contrant efficacement l’immigration illégale et la criminalité transfrontière et en préservant un niveau élevé de sécurité. Le programme de Stockholm cherche à concilier sécurisation des frontières et facilitation des flux. Afin d’atteindre ces objectifs, il est également crucial de développer le système européen de surveillance des frontières (Eurosur) qui vise à mettre en place un système faisant appel aux technologies modernes, favorisant l'interopérabilité et l'application de normes uniformes de surveillance des frontières.

En la matière, la Présidence chypriote souhaite encourager la modernisation du régime des frontières de l’UE et le recours aux nouvelles technologies pour assurer que le système encourage les activités transfrontières tout en offrant les garanties voulues, ce qui est essentiel pour bien gérer une politique migratoire. La Présidence va plus particulièrement œuvrer à la conclusion des travaux relatifs à la proposition législative Eurosur, lancer l’examen du paquet législatif «Frontières intelligentes» (système d’entrée/sortie et programme d’enregistrement des voyageurs) dès qu’il aura été publié par la Commission.