CE SONT DES ARCHIVES EN LIGNE DU SITE WEB DE LA PRESIDENCE CHYPRIOTE DE L’UE EN 2012. LE SITE NE SERA PLUS MIS A JOUR.
 
Adaptation au changement climatique

Le changement climatique est une calamité mondiale, dont les effets potentiels constituent probablement l’un des plus grands défis auxquels sont confrontés notre planète et l’humanité. Même si les émissions de gaz à effet de serre pourront être stabilisées dans un avenir proche, le changement climatique et ses effets dureront encore pendant de nombreuses décennies. L’adaptation aux effets néfastes du changement climatique s’avère donc nécessaire.  

La première priorité de la stratégie de l’UE pour combattre le changement climatique est, à juste titre, une transition rapide vers une économie mondiale à faible densité de carbone, dans le but de limiter le réchauffement planétaire inévitable à 2 °C au maximum par rapport aux niveaux de l'époque préindustrielle. Le deuxième objectif est d’agir pour s’adapter aux effets actuels et anticipés du changement climatique, afin d’en minimiser les répercussions. Il est pratiquement certain que les effets néfastes du changement climatique s’avèreront plus importants que prévu initialement et que les conséquences seront réparties de façon inégale dans les régions de l’UE. De ce fait, alors que les mesures d’atténuation mondiale sont importantes, il convient de prévoir en  parallèle des mesures d’adaptation nationales et régionales.

Le Livre blanc contient des lignes directrices et fixe les orientations pour l’élaboration des Stratégies nationales d’adaptation (SNA) et l’adoption de mesures d’adaptation. La majorité des initiatives d’adaptation doivent être prises au niveau national, régional et même local.

Le cadre d’action proposé par le Livre blanc porte principalement sur les points suivants:

  • sensibilisation aux risques et aux effets néfastes du changement climatique,
  • prise en compte des effets néfastes du changement climatique dans les politiques clés de l’UE,
  • association de plusieurs mesures politiques afin d’obtenir de meilleurs résultats – des mesures de financements innovants (p.ex. systèmes fondés sur le marché) peuvent s’avérer nécessaires aux fins de faciliter l’adaptation,
  • soutien d’initiatives internationales plus vastes sur l’adaptation au changement climatique,
  • coopération avec les autorités nationales, régionales et locales.  

Plusieurs Etats ont déjà élaboré leurs stratégies nationales d’adaptation. La Commission européenne est en train d’élaborer la Stratégie communautaire globale d’adaptation, prévue pour être présentée en 2013. 

L’objectif principal de la stratégie est de renforcer la capacité des Etats membres à faire face au changement climatique et à élaborer et mettre en œuvre leurs stratégies nationales d’adaptation.  

Des exemples de mesures d’adaptation comprennent:

  • la construction de digues
  • la création de systèmes d’alerte rapide
  • la révision et/ou modification des codes de construction
  • de nouveaux concepts urbanistiques
  • la modification des pratiques agricoles et des cultures
  • l’amélioration de la gestion des risques
  • l’amélioration de l’efficacité de l’utilisation efficace de l’eau

La stratégie traitera aussi d’autres questions, notamment: comment mieux aborder les effets climatiques transfrontaliers et les mesures d’adaptation – tels que ceux des maladies transmises par vecteur, les incendies de forêts, la protection des côtes, les systèmes d’alerte rapide, les réponses transfrontalières régionales intégrées; et comment étendre davantage la base des connaissances sur l’adaptation au niveau de l’UE. L’amélioration de la coopération entre les Etats membres, le partage des bonnes pratiques et la promotion de l’accès aux informations et de leur utilisation réelle en sont des exemples. L’obligation d’établir des rapports pourrait aussi être envisagée, sous réserve d’apporter la preuve de son utilité.

Par ailleurs, la stratégie encouragera le renforcement des connaissances par le biais de la Plateforme d’adaptation au changement climatique, lancée le 23 mars 2012, à Copenhague. La Plate-forme aborde, entre autres, les questions transfrontalières, les problèmes dans les villes, la promotion des évaluations de risques  et le soutien en matière d’identification des options d’adaptation locale en rapport avec l’utilisation des fonds communautaires, ainsi que la recherche de moyens de débloquer les investissements potentiels du secteur privé. Pour garantir l’impact réel des stratégies d’adaptation, des plans et des mesures d’actions, il est nécessaire de garantir la disponibilité des fonds requis.

De ce fait, la Présidence chypriote présentera le sujet du financement de l’adaptation au Conseil informel sur l’environnement, qui se tiendra les 7 et 8 juillet 2012, afin de fournir une tribune pour la discussion des défis se posant et des opportunités s’offrant au cadre financier pluriannuel (CFP), aux organisations financières internationales, au secteur des assurances, et aux partenariats publics-privés, de contribuer, dans une période de crise économique et financière continue, à une mise en œuvre réussie de la Stratégie d’adaptation communautaire.