CE SONT DES ARCHIVES EN LIGNE DU SITE WEB DE LA PRESIDENCE CHYPRIOTE DE L’UE EN 2012. LE SITE NE SERA PLUS MIS A JOUR.
 
Éducation

Le domaine politique de l’éducation est important pour la croissance économique et la cohésion sociale au sein de l’UE ainsi que pour le bien-être des citoyens. La Présidence s’est fixé pour objectif de promouvoir la dimension sociale de ce domaine en modernisant les systèmes d’éducation et de formation qui dispenseront un enseignement de meilleure qualité et plus équitable. Dans ce contexte, une réunion informelle des ministres de l’éducation aura lieu les 4 et 5 octobre 2012.

  • La proposition de programme pour l’éducation, la formation, la jeunesse et le sport “Erasmus pour tous" vise à contribuer à la croissance de l’Union européenne en investissant dans le potentiel humain. Quelque 5 millions de personnes, soit presque deux fois plus qu’aujourd’hui, pourraient se voir offrir la possibilité d’étudier ou de se former à l’étranger grâce à une bourse. “Erasmus pour tous" devrait permettre de réunir tous les mécanismes européens et internationaux actuellement mis en œuvre pour l’éducation, la formation, la jeunesse et le sport, remplaçant sept programmes existants. L’efficacité s’en verra renforcée, les procédures de demande de bourse seront simplifiées et les chevauchements d’activités et la fragmentation seront réduits.

    La Présidence chypriote compte faire progresser les travaux dans l’optique d’un accord sur la teneur de la proposition.

  • En Europe, de nombreux jeunes et adultes savent à peine lire et écrire; ils ont par conséquent plus de difficultés à trouver un emploi et risquent l’exclusion sociale.

    Dans le contexte du cadre stratégique de coopération "Éducation et formation 2020" et en réponse aux communications pertinentes de la Commission, la Présidence proposera des conclusions du Conseil sur la question. Il y sera demandé que l’on lutte efficacement contre l’analphabétisme grâce à des systèmes d’éducation et de formation de meilleure qualité. La Présidence organisera une conférence sur l’alphabétisation les 5 et 6 septembre 2012.

  • L’enseignement et la formation professionnels sont importants pour garantir la compétitivité et l'innovation futures de l'Europe. Il est nécessaire d’agir afin d’en améliorer la teneur et ainsi de préparer les individus au marché du travail actuel.

    Pendant la Présidence chypriote, l’accent sera mis sur le renforcement de l’enseignement et la formation professionnels (EFP) pour les jeunes et les adultes en insistant sur l’équité et l’excellence dans l’EFP. En outre, le processus de Copenhague continuera d’être appliqué dans sa version mise à jour. Il vise à améliorer les résultats, la qualité et l’attrait de l’enseignement et de la formation professionnels par un renforcement de la coopération à l’échelle européenne. Au titre du processus, une réflexion sera menée sur l’accroissement des perspectives et l’amélioration des aptitudes ainsi que sur la mise en place de passerelles entre l’enseignement et la formation professionnels d’une part et l’enseignement supérieur d’autre part.

    Ces questions seront examinées par les directeurs généraux de l’enseignement et la formation professionnels qui se réuniront les 22 et 23 octobre 2012.

  • Dans le domaine de l’enseignement supérieur, c’est la modernisation des universités qui sera prioritaire. À cet égard, l’accent sera mis sur l’assurance de la qualité et l’internationalisation de l’enseignement supérieur, conformément aux objectifs du programme de modernisation de l’enseignement supérieur de l’UE et au processus de Bologne. La Présidence se concentrera par ailleurs sur l’excellence en matière d’enseignement et d’apprentissage dans l’enseignement supérieur. Pour atteindre l’excellence dans l’éducation, il faut réformer et moderniser l’enseignement supérieur européen afin d’enrichir l’enseignement, d’améliorer les expériences d’apprentissage, de soutenir l’apprentissage personnalisé, de faciliter l’accès grâce à l’apprentissage à distance et à la mobilité virtuelle, de rationaliser l’administration et de créer de nouvelles opportunités pour la recherche.

    La Présidence organisera une réunion des directeurs généraux de l’enseignement supérieur les 22 et 23 octobre 2012.

  • La Présidence assurera le suivi des résultats du semestre européen dans les domaines de l’éducation et de la formation en étroite coopération avec le Conseil et la Commission.

    Comme l’a montré le semestre européen (outil de coordination politique de l’UE qui s’inscrit dans l’objectif plus large qu’a l’UE de renforcer la gouvernance économique et de superviser la mise en œuvre des réformes structurelles dans le contexte de lignes directrices intégrées exposées dans les programmes nationaux de réforme afin de progresser vers la réalisation des objectifs de la stratégie de l’UE pour l’emploi et la croissance), l’UE doit multiplier les mesures et les politiques promouvant la croissance. Cette constatation a des conséquences directes pour l’éducation et la formation, car il importe de préserver l’investissement dans ces domaines favorables à la croissance.

    Tous les Etats membres ont un même défi à relever: améliorer les résultats de l’éducation avec des finances publiques limitées. Tous les Etats membres s’efforcent d’améliorer à la fois l’efficacité et la qualité. Et pratiquement tous les Etats membres travaillent sur la nature et la mise en œuvre de leur réponse aux défis énumérés dans les recommandations par pays de 2011 et 2012.

    La Présidence, en coopération avec les Etats membres et la Commission, coordonnera la coopération dans le contexte du cadre stratégique Éducation et formation 2020 en réfléchissant aux principaux défis identifiés par le semestre européen et décrits dans les recommandations par pays de 2012 ainsi qu’en encourageant l’échange d’expériences dans l’intérêt de tous les Etats membres. Elle proposera ensuite des conclusions du Conseil sur la réponse apportée par les ministres de l’éducation aux défis de la stratégie Europe 2020 dans les domaines de l’éducation et de la formation.

  • L’apprentissage formel (c’est-à-dire celui qui se déroule au sein de systèmes formels d’éducation et de formation) est généralement la forme d’apprentissage la plus reconnue par la société et notamment par le marché du travail. Toutefois, depuis quelques années, une importance croissante est accordée à l'apprentissage dans un contexte non formel ou informel. La validation de l'apprentissage non formel ou informel constitue un élément clé des actions de l'UE visant à soutenir l'éducation et la formation. De nouvelles approches s'avèrent donc nécessaires pour identifier et valider cet apprentissage moins formel tout en tenant compte du fait que les Etats membres ne sont pas au même stade de mise en œuvre de cette validation.

    Dans ce contexte, la Présidence proposera une recommandation du Conseil sur la validation de l’apprentissage non formel et informel.