CE SONT DES ARCHIVES EN LIGNE DU SITE WEB DE LA PRESIDENCE CHYPRIOTE DE L’UE EN 2012. LE SITE NE SERA PLUS MIS A JOUR.
 
Énergie

Dans le domaine de l’énergie, la Présidence chypriote va se concentrer tant sur les dossiers législatifs que non législatifs visant à approfondir les trois piliers de la politique énergétique, à savoir la sécurité d’approvisionnement en énergie, la compétitivité et le développement durable.

S’appuyant sur les principes de l’UE que sont la solidarité, la transparence, la coopération et la réciprocité renforcées entre Etats membres, la Présidence chypriote facilitera l’élaboration de positions coordonnées à présenter à l’extérieur de l’UE.

  • Mettre en place les interconnexions énergétiques nécessaires entre Etats membres, mais également entre Etats membres et pays tiers, constitue un préalable à l’achèvement du marché unique de l’énergie d’ici à 2014. Elles permettront également d’intégrer les Etats membres de l’UE aux réseaux transeuropéens d’énergie d’ici à 2015, de garantir la sécurité d’approvisionnement en énergie de l’UE et d’augmenter la part que représentent les sources d’énergie renouvelables (SER) dans la consommation finale d’énergie, ce qui contribuera de manière significative à réduire les émissions de gaz à effet de serre. Afin d’atteindre ces objectifs, la Commission européenne a proposé un règlement concernant des orientations pour les infrastructures énergétiques transeuropéennes qui recense douze corridors et domaines prioritaires en matière d’infrastructures énergétiques dans les secteurs de l’électricité, du gaz, du pétrole et du dioxyde de carbone. Le règlement présente la méthodologie à appliquer pour sélectionner des projets d’intérêt commun dans les domaines précités; ces projets bénéficieront d’une procédure d’autorisation accélérée afin que leur mise en œuvre soit rapide et la participation du public au processus décisionnel sera renforcée. En outre, le règlement fixe les critères en vertu desquels les projets d’intérêt commun pourraient bénéficier d’un soutien financier au titre du mécanisme pour l’interconnexion en Europe.

    La présidence chypriote souhaite faire progresser les négociations au Conseil et avec le Parlement européen pour parvenir si possible à un accord d’ici la fin de l’année.

  • L’UE s’est fixé pour objectif de réduire de 20% la consommation d’énergie primaire d’ici à 2020 et il est parallèlement nécessaire de mettre en place un cadre commun de promotion de l’efficacité énergétique au sein de l’UE après 2020. La proposition de directive relative à l’efficacité énergétique devrait permettre d’atteindre partiellement cet objectif grâce à une approche intégrée exploitant tout le potentiel d’économies d’énergie existant, depuis les activités de production jusqu’à l’utilisation finale de l’énergie. Elle comporte également des dispositions relatives à la promotion de la cogénération et du chauffage et du refroidissement urbains.

    Le programme communautaire d’étiquetage relatif à l’efficacité énergétique des équipements de bureau «Energy Star» permet aux consommateurs de choisir des équipements efficaces en termes de consommation d’énergie et aide en même temps l’UE à atteindre ses objectifs climatiques. Ce programme est obligatoire pour les équipements de bureau destinés aux autorités publiques. La Présidence chypriote poursuivra les négociations sur la proposition de règlement en matière d’étiquetage relatif à l’efficacité énergétique et modifiant le règlement 106/2008 «Energy Star», qui permettra de mettre en œuvre l’accord conclu entre l’UE et les Etats-Unis.

  • Les accidents survenus lors de l’exploitation offshore de gisements de pétrole et de gaz naturel et en particulier l’accident intervenu dans le Golfe du Mexique ont entraîné un réexamen des politiques de l’UE qui visent à garantir la sécurisation des opérations offshore. Dans ce contexte, la Commission européenne a proposé un règlement qui permettra de renforcer la préparation et la capacité d’intervention de l’UE face à des accidents qui menacent la vie humaine et l’environnement ainsi que d’adopter des bonnes pratiques pour les activités offshore.

    La Présidence chypriote souhaite faire progresser les négociations au Conseil et avec le Parlement européen dans l’optique d’un accord éventuel.

  • Une meilleure contribution des sources d’énergie renouvelables au bilan énergétique de l’UE est considérée comme essentielle pour que l’UE atteigne ses objectifs environnementaux en matière de réduction des émissions de gaz à effet de serre et de dioxyde de carbone d’ici à 2050 tout en préservant sa sécurité d’approvisionnement en énergie et sa compétitivité.

    A cette fin, la Présidence chypriote encouragera les échanges de vues sur cette question dans l’attente d’une prochaine communication de la Commission européenne qui présentera des options politiques susceptibles de faciliter une plus grande pénétration des sources d’énergie renouvelables après 2020. Elle proposera également des conclusions du Conseil.

  • Dans ses conclusions du 4 février et du 9 décembre 2011, le Conseil européen a demandé que des efforts plus importants soient consentis pour achever le marché intérieur de l’énergie d’ici à 2014. Dans ce contexte, la Commission européenne devrait présenter une communication qui évaluera les progrès réalisés par les Etats membres pris individuellement et globalement et fera l’inventaire des obstacles encore existants.

    La Présidence chypriote évaluera les progrès réalisés grâce aux débats menés au Conseil, identifiera les problèmes qui subsistent et fera rapport sur ces travaux au Conseil européen.