CE SONT DES ARCHIVES EN LIGNE DU SITE WEB DE LA PRESIDENCE CHYPRIOTE DE L’UE EN 2012. LE SITE NE SERA PLUS MIS A JOUR.
 
Élargissement

La perspective d’adhérer à l’UE encourage vivement un pays à se démocratiser, à engager des réformes structurelles et à promouvoir la coopération régionale. Depuis ses débuts en 1957, l’UE a connu cinq vagues d’élargissement. La dernière date de 2007, lorsque la Roumanie et la Bulgarie en sont devenues membres de plein droit. La Croatie a clôturé ses négociations d’adhésion en juin 2011 et adhérera officiellement à l’UE le 1er juillet 2013.

D’un point de vue historique, le processus d’élargissement est considéré comme l’une des plus grandes réussites politiques de l’UE puisqu’il permet aux anciens et aux nouveaux Etats membres d’engranger des bénéfices économiques et politiques substantiels, mais il contribue également à forger un avenir commun où règneront la paix, la liberté, la stabilité et la prospérité.

  • Le traité sur l’Union européenne indique que ce sont “…les principes de la liberté, de la démocratie, du respect des droits de l'homme et des libertés fondamentales, ainsi que de l'État de droit, principes qui sont communs aux États membres …” (article 6) et spécifie que “…tout État européen qui respecte les principes énoncés à l'article 6, paragraphe 1, peut demander à devenir membre de l'Union. Il adresse sa demande au Conseil, lequel se prononce à l'unanimité après avoir consulté la Commission et après avis conforme du Parlement européen qui se prononce à la majorité absolue des membres qui le composent …” (article 49).

    En outre, selon les “critères de Copenhague” définis par le Conseil européen en décembre 1993, un pays candidat doit présenter:

    • des institutions stables garantissant la démocratie, la primauté du droit, les droits de l'homme, ainsi que le respect des minorités et leur protection;
    • une économie de marché viable ainsi que la capacité de faire face à la pression concurrentielle et aux forces du marché à l’intérieur de l’Union;
    • la capacité d'assumer les obligations découlant de la qualité d’État membre, notamment le respect des objectifs politiques, économiques et monétaires.
  • Pendant sa présidence, Chypre continuera de faire de l’élargissement de l’UE une priorité et s’emploiera à progresser sensiblement avec tous les candidats à l’adhésion, en particulier ceux dont les négociations ont commencé. L’ouverture des négociations d’adhésion avec la Turquie a eu lieu en octobre 2005 et avec l’Islande en juillet 2010.

    De plus, la Présidence chypriote a l’intention de contribuer à une avancée décisive des négociations d’adhésion avec le Monténégro. En parallèle, elle s’efforcera de mettre à profit l’élan donné par la décision que le Conseil européen a prise en mars 2012 d’accorder le statut de candidat à la Serbie.

    Par ailleurs et conformément au consensus renouvelé de l’UE sur l'élargissement, renforcer la perspective européenne de l’ensemble des Balkans occidentaux constitue une question d’une importance cruciale. La Présidence chypriote est donc prête à promouvoir cette perspective pour tous les autres pays des Balkans occidentaux en fonction de l’évolution de la situation.

    Pour plus d’informations sur l’élargissement de l’UE, veuillez consulter: http://ec.europa.eu/enlargement/index_fr.htm