CE SONT DES ARCHIVES EN LIGNE DU SITE WEB DE LA PRESIDENCE CHYPRIOTE DE L’UE EN 2012. LE SITE NE SERA PLUS MIS A JOUR.
 
Télécommunications
  • L’ENISA (l’Agence européenne chargée de la sécurité des réseaux et de l’information) est la réponse de l’UE aux questions de sécurité informatique de l’Union européenne. La Présidence chypriote s’emploiera à examiner la proposition législative en la matière qui vise à renforcer et à moderniser l’ENISA avec un nouveau mandat élargi pour la sécurité dans le cyberespace.

  • La Commission européenne a proposé récemment un paquet de données ouvertes, y compris une révision de la Directive de 2003 concernant la réutilisation des informations du service public, afin d’assurer une approche commune dans les 27 Etats membres de l’UE. La Présidence chypriote apportera un soutien considérable à la révision de la Directive ISP, étant donné qu’une enquête récente sur l’incidence économique de la réutilisation des ISP, réalisée par la Commission en 2011, montre que le total des gains économiques directs et indirects sont estimés à 140 milliards d’euros dans toute l’UE. L’augmentation de la réutilisation des ISP génère de nouvelles entreprises ainsi que des emplois et offre aux consommateurs un plus grand choix pour un bon rapport qualité-prix.

  • L’objectif de la proposition est d’attirer des investissements privés en vue du développement de l’infrastructure nécessaire pour la connexion internet à grande vitesse par le biais de financements européens, afin d’atteindre les objectifs stratégiques de 2020 énoncés dans "l’Agenda numérique pour l’Europe" et de libérer le potentiel des services web.

  • La confiance dans les transactions électroniques revêt une importance capitale pour stimuler l’économie numérique. Le règlement sur la confiance dans les services électroniques, qui fait partie de l’Agenda numérique pour l’Europe ainsi que de l’Acte pour le marché unique, vise à améliorer la confiance des citoyens, des entreprises et des administrations lorsqu’ils interagissent par la voie électronique. La Présidence travaillera sur cette proposition de règlement qui abordera les questions d’interopérabilité ainsi que les questions de la reconnaissance juridique des signatures, de l’indentification et de l’authentification électroniques.