CE SONT DES ARCHIVES EN LIGNE DU SITE WEB DE LA PRESIDENCE CHYPRIOTE DE L’UE EN 2012. LE SITE NE SERA PLUS MIS A JOUR.
 

NOUVELLES

Article –La lutte contre l’analphabétisme des jeunes, un défi européen
23.08.2012, 09:15 (CET)
A l’heure où des millions d’élèves partout en Europe se préparent  à entamer une nouvelle année scolaire, il est difficile d’imaginer que, selon les statistiques, un jeune de 15 ans sur cinq au sein de l’Union européenne est à peine capable de lire et écrire. Ce fait revêt une dimension sociale importante, puisqu’il est susceptible de constituer un handicap dans leur future recherche d’un emploi et peut entraîner l’exclusion sociale. La Commission européenne a souligné la nécessité de prendre des mesures et le Groupe d’experts de haut niveau sur la lutte contre l’illettrisme, mis en place par l’UE, présentera, les 5 et 6 septembre à Chypre, ses propositions d’action lors de la conférence de la Présidence sur l’alphabétisation

Dans l’Union européenne, vingt pour cent des jeunes âgés de quinze ans  étaient, en 2009, considérés comme ayant difficultés en lecture. Menée par  le Programme international pour le suivi des acquis des élèves (PISA), un projet de l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), l’enquête à l’échelle mondiale évalue les performances des jeunes de 15 ans dans les domaines de la lecture, des mathématiques et des sciences.

Cette enquête, réalisée tous les trois ans, montre que l’UE affiche de bien moins bons résultats dans ce domaine que des pays comparables dans d’autres parties du monde – par  exemple, le pourcentage correspondant est de 18 pour cent aux Etats-Unis, 14 au Japon et 10 pour cent au Canada.

Définis comme étant les élèves  capables d’accomplir seulement les tâches de lecture les plus élémentaires, – comme localiser un  seul élément d'information et  identifier le thème principal d'un texte – les élèves présentant des difficultés en lecture se heurteront certainement à des problèmes au-delà de l’école.

Exclus du marché du travail et de la société

“Trop d’Européens se sentent exclus du marché de l’emploi et jouent difficilement un rôle à part entière dans la société parce qu’ils sont à peine capables de lire et écrire,” a déclaré  la Commissaire européenne à l’éducation, à la culture, au multilinguisme et à la jeunesse, Mme Androulla Vassiliou.

Les estimations montrent que  la proportion d’emplois hautement qualifiés passera de 29% à l’heure actuelle à  35% d’ici la fin de la décennie. Cela pourrait augmenter les difficultés des personnes ne possédant pas de compétences de lecture suffisantes à trouver un emploi.   et renforcer le risque de voir cette situation mener à leur exclusion sociale.

Il ne s’impose pas seulement de prendre des mesures en faveur des élèves, il est tout aussi urgent d’agir pour les adultes.  On estime à environ  80 millions le nombre d’adultes peu ou pas qualifiés en Europe, soit un tiers de la population active.

Dans une monde en rapide mutation, où  l’apprentissage tout au long de la vie est considéré comme la clé de l’emploi et de la réussite économique,  offrant  la possibilité  à chacun de participer pleinement à la société, l’absence de capacités de lecture et d’écriture pose de graves problèmes. Les effets positifs de la lutte contre l’illettrisme se feront également ressentir dans d’autres domaines, tels que la pauvreté, l’aptitude à l’emploi et la santé.

L’objectif d’une réduction de 5%

L’UE s’est fixé pour objectif de réduire à moins de 15 %,  au cours des huit prochaines années, la part des jeunes de 15 ans ayant une maîtrise insuffisante de la  lecture, le définissant comme l’un de ses cinq objectifs communs de l’UE dans le domaine de l’éducation (critères de référence)

“Si nous voulons atteindre les objectifs «Europe 2020» pour une croissance intelligente, durable et inclusive, nous devons prendre des mesures maintenant pour résoudre ce problème,"  a ajouté Mme Vassiliou.

Chaque Etat membre étant chargé de ses propres systèmes éducatifs, les politiques formulées au niveau de l’UE sont destinées à soutenir l’action nationale. En vue d’aider  au redressement du niveau d’alphabétisation au sein de l’Union, la Commission a mis en œuvre  un certain nombre de projets et d’études.

La Commissaire Androulla Vassiliou a lancé la campagne de sensibilisation 'l’Europe aime lire', afin d’inciter les enfants, les adolescents et les adultes à lire. La Commission a mis en route deux études destinées à recueillir davantage d’informations sur la lecture, la participation des parents à l’acquisition des compétences de base en lecture et en écriture et l’enseignement de la lecture. Ces études  visent à identifier certains des  aspects essentiels  qui influencent l’acquisition des compétences en lecture, en mettant en  lumière les pratiques fructueuses et les mesures prises au niveau national, dans le but d’améliorer les performances en lecture.

Présentation de propositions en matière  d’alphabétisation

Par ailleurs, en février de l’année dernière, la Commission a mis en place un Groupe d’experts de haut niveau sur  la lutte contre l’illettrisme, chargé de conférer davantage de visibilité et de donner une impulsion politique à la question du redressement du niveau d’alphabétisation en Europe. Il analysera les éléments de connaissance scientifiques et  déterminera les politiques les plus efficaces.

Le groupe, présidé par la princesse Laurentien des Pays-Bas, envoyée spéciale de l’Organisation des Nations unies pour l'éducation, la science et la culture (UNESCO) pour l’alphabétisation au service du développement, est composé d’experts en matière d’alphabétisation provenant des milieux universitaires, politiques ou économiques.

Leurs conclusions seront présentées et discutées par les universitaires, les décideurs politiques et d’autres parties prenantes de l’éducation, lors de la conférence de la Présidence chypriote sur  l’alphabétisation, les 5 et 6 septembre, qui se déroulera au centre de conférences ‘Filoxenia’ à Lefkosia (Nicosie).

Une contribution utile aux décideurs politiques  de toute l’Europe

“L’accent mis sur l’alphabétisation, de même que les recommandations soumises par le Groupe de haut niveau sur la lutte contre l’illettrisme,  apporteront une contribution utile aux décideurs politiques de toute l’Europe, en vue de promouvoir  l’alphabétisation et de faciliter la mise en œuvre de programmes spécifiques de prévention et  de détection précoce dans les systèmes éducatifs,” a déclaré le Dr Athena Michaelidou, directrice de l’Institut pédagogique de Chypre, au nom des organisateurs de la conférence.

Se fondant sur les propositions du groupe, la Présidence chypriote organisera une discussion  lors de la réunion informelle des ministres de l’Education, en novembre 2012, et présentera ensuite  les conclusions du Conseil en vue de leur adoption par les ministres de l’Education, en novembre 2012. Sur cette base, les États membres et la Commission travailleront ensemble afin d’améliorer les niveaux d’alphabétisation en Europe, dans le contexte du cadre stratégique pour la coopération européenne dans le domaine de l’éducation et de la formation.

 “La discussion et les recommandations qui émergeront de la conférence souligneront  la nécessité, pour toutes les parties intéressées, de déployer des efforts systématiques en vue de réduire l’illettrisme et  apporteront des suggestions de mesures pratiques , a ajouté le  Dr. Athena Michaelidou.

ACTUALITES APPARENTEES

EVENEMENTS APPARENTES

05.09.2012 - 06.09.2012