CE SONT DES ARCHIVES EN LIGNE DU SITE WEB DE LA PRESIDENCE CHYPRIOTE DE L’UE EN 2012. LE SITE NE SERA PLUS MIS A JOUR.
 

NOUVELLES

Communiqué de presse – La Présidence chypriote fait une déclaration au nom de l’UE lors de la 56e Conférence générale de l’AIEA
21.09.2012, 11:18 (CET)
À l’ouverture de la 56e Conférence générale de l’Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) à Vienne, du 17 au 21 septembre, le secrétaire d’Etat du ministère du Travail et de la Sécurité sociale de Chypre Georgios Papageorgiou a fait une déclaration au nom de l’Union européenne et de ses 27 Etats membres. Les principales questions qui y sont évoquées sont la non-prolifération nucléaire, les garanties et la vérification nucléaire, la sûreté nucléaire et la sécurité nucléaire. L’UE déclare par ailleurs qu’elle est profondément préoccupée par l’évolution de la position de l’Iran, de la Corée et de la Syrie sur l’énergie nucléaire. Vous trouverez ci-dessous des extraits de la déclaration et son texte complet ici.

L’AIEA poursuit l’objectif de promouvoir l’utilisation pacifique de l’énergie nucléaire. Il s’agit d’une organisation indépendante liée par un accord spécifique à l’Organisation des Nations unies (ONU). Dans sa déclaration, Georgios Papageorgiou a indiqué que l’Union européenne restait attachée au traité international sur la non-prolifération des armes nucléaires (TNP) qui est entré en vigueur en 1970 et dont l’application est garantie par l’AIEA.

“L’UE reste attachée à une action multilatérale efficace contre la prolifération des armes de destruction massive et souligne qu’il est important d’universaliser le traité sur la non-prolifération des armes nucléaires (TNP). Nous demandons aux Etats qui ne l’ont pas encore fait d’adhérer au traité en tant qu’Etats non dotés d’armes nucléaires.”

Dans la déclaration, l’Union européenne a répété combien elle était préoccupée par la situation en matière de non-prolifération en Iran, en République populaire démocratique de Corée et en Syrie.

“L’UE est très inquiète de la remise en cause grave et prolongée du régime de non-prolifération par la République islamique d'Iran, la République populaire démocratique de Corée (RPDC) et la République arabe syrienne. L’UE aimerait souligner une nouvelle fois que le Conseil de sécurité des Nations unies, arbitre suprême de la paix et de la sécurité internationales, a pour mandat de prendre les mesures qui s’imposent en cas de non-exécution des obligations du TNP, y compris les accords de garanties.”

Iran, République populaire démocratique de Corée, Syrie

Pour l’Iran, l’UE demande instamment au pays de “mettre en œuvre les résolutions impératives du Conseil de sécurité de l’ONU et les résolutions contraignantes du Conseil des gouverneurs” et elle ajoute que son objectif reste de parvenir à un accord global, négocié et à long terme. Cet accord “permettrait à la communauté internationale d’avoir confiance en la nature exclusivement pacifique du programme nucléaire iranien tout en respectant les droits légitimes de l’Iran à utiliser l’énergie nucléaire à des fins pacifiques, dans le respect du TNP”, est-il répété dans la déclaration.

Concernant la République populaire démocratique de Corée (RPDC), l’UE insiste afin que ce pays “abandonne tous ses programmes nucléaires et de missiles balistiques de manière complète, vérifiable et irréversible.”

Quant à la Syrie, M. Papageorgiou a déclaré:

“L’UE en appelle une nouvelle fois à la Syrie afin qu’elle remédie d’urgence au non-respect de son accord de garanties, qu’elle coopère au plus vite et de manière transparence avec l’Agence afin d’éclaircir la situation en ce qui concerne Dair Alzour et les autres sites et enfin qu’elle applique aussi rapidement que possible un protocole additionnel, comme le prévoit la résolution du Conseil.”

Sûreté nucléaire et sécurité nucléaire

La déclaration a également mis en exergue la coopération internationale en matière de sûreté nucléaire, la coopération technique et l’aide apportée par l’UE en faveur d’une utilisation pacifique de l’énergie nucléaire.

“L’UE attache la plus grande importance au respect des normes de sûreté nucléaire les plus élevées partout dans le monde. La coopération internationale est cruciale pour promouvoir le cadre mondial de sûreté nucléaire. L’UE demande à tous les Etats membres qui ne l’ont pas encore fait de devenir sans délai parties aux conventions relatives à la sûreté”, a déclaré M. Papageorgiou qui a ajouté:

“L’UE soutient les activités de l’AIEA dans le domaine de la sécurité nucléaire dans le cadre de la mise en œuvre de la stratégie de l’UE contre la prolifération des armes de destruction massive”, puis, “L’UE est déterminée à continuer d’œuvrer en faveur de la sûreté nucléaire dans le monde par le biais de l’ICSN pendant la période 2014-2020 et conclura bientôt la négociation du règlement instituant ce nouvel ICSN.”

Communications Officer
Maria Lantidou

Ministry of Labour & Social Insurance

E-mail: mlantidou@pio.moi.gov.cy
Téléphone: +357 22401676

DOCUMENTS APPARENTES