CE SONT DES ARCHIVES EN LIGNE DU SITE WEB DE LA PRESIDENCE CHYPRIOTE DE L’UE EN 2012. LE SITE NE SERA PLUS MIS A JOUR.
 

NOUVELLES

Communiqué de presse – Mme Marcoullis débat des droits de l’homme sur la planète et des affaires étrangères lors de la plénière du Parlement européen
12.12.2012, 22:56 (CET)
Erato Kozakou-Marcoullis, ministre des Affaires étrangères de Chypre, est intervenue aujourd’hui 12 décembre à Strasbourg sur des questions de politique extérieure devant la plénière du Parlement européen (PE).

Mme Marcoullis a participé à la plénière du PE au nom de la baronne Catherine Ashton, haute représentante de l’Union pour les affaires étrangères et la politique de sécurité (HR), et a évoqué les droits de l’homme, la situation en Égypte et la décision d’étendre les colonies de peuplement prise par le gouvernement israélien. Au nom du Conseil de l’UE, elle a présenté au Parlement le rapport de suivi concernant l’Albanie pour 2012 et a parlé d’un éventuel afflux de demandeurs d’asile en provenance de Syrie.

Les droits de l’homme sur la planète

En sa qualité de représentante de la HR devant la plénière en ce qui concerne les droits de l’homme, Mme Marcoullis s’est exprimée sur le rapport annuel relatif aux droits de l’homme et à la démocratie dans le monde et sur l’examen de la politique des droits de l’homme de l’UE.

“Les droits de l’homme ne sont pas seulement au cœur des principes fondateurs de l’UE”, a déclaré Mme Marcoullis. “Ils constituent un fil conducteur pour toutes nos politiques extérieures.”

Elle a présenté au Parlement européen l’important travail réalisé sur la question des droits de l’homme dans le monde et a souligné qu’il était loin d’être terminé. Dans ce contexte, la ministre Marcoullis a répété que l’UE était prête à appuyer la transition démocratique dans le monde arabe et à apporter son aide pour faire face aux crises telles que celles qui secouent la Syrie et le Mali/Sahel. Elle a par ailleurs souligné qu’en matière de promotion des droits de l’homme, l’UE coopérait étroitement avec des organisations internationales et régionales comme les Nations unies, l’OSCE, l’Union africaine et la Ligue des Etats arabes. Pour terminer, elle a affirmé que la contribution du Parlement européen au travail de l’Union dans le domaine des droits de l’homme était vitale.

L’UE appelle à la désescalade en Égypte

Mme Marcoullis a également fait devant la plénière du PE une déclaration sur la situation en Égypte au nom de la HR. Ce pays a connu des heurts au cours de manifestations organisées suite à la déclaration constitutionnelle du Président Morsi qui exempte la présidence de tout contrôle judiciaire.

“Nous suivons tous avec une inquiétude croissante la situation politique intérieure de l’Égypte”, a déclaré Mme Marcoullis qui a ajouté que lors du Conseil des affaires étrangères de lundi, les ministres étaient convenus de la nécessité d’une désescalade et d’un dialogue inclusif afin de trouver une solution qui s’appuie sur le consensus et la responsabilité commune.

“L’Égypte a manifestement besoin d’une constitution solide qui représente tous les Égyptiens”, a souligné la ministre qui a ajouté que "L’Égypte appartient aux Égyptiens et nous ne voulons ni ne pouvons imposer une solution."

Elle a également indiqué que la HR ne cessait de communiquer avec les principaux acteurs politiques de l’Égypte et de leur faire parvenir des messages sur la nécessité d’une désescalade et d’efforts de conciliation. En outre, elle a rappelé que la HR avait également répété lors d’une intervention publique combien il était important que l’Égypte poursuive son processus de transition démocratique et avait appelé à entamer un dialogue inclusif.

Mme Marcoullis a souligné que la route vers une démocratie durable était longue et semée d’embûches et exigeait de travailler dur et de faire preuve de détermination et de patience aux niveaux national et international.

“Ce que nous pouvons faire maintenant, c’est montrer que l’UE soutient le peuple égyptien tout au long de la transition démocratique et continuer de demander un dialogue inclusif et une solution fondée sur le consensus”, a dit la ministre. En ce qui concerne la task force UE-Égypte des 13 et 14 novembre, elle a conclu que l’UE devait exprimer fermement et clairement ses attentes quant à la transition démocratique du pays.

Colonies de peuplement israéliennes

Suite à la décision prise par le gouvernement israélien d’étendre les colonies de peuplement en Cisjordanie, la ministre des Affaires étrangères de Chypre a rappelé à la plénière que le Conseil des affaires étrangères du 10 décembre avait fait part de sa profonde déception et de sa ferme opposition à cette décision annoncée après la résolution de l’Assemblée générale des Nations unies du 29 novembre. Mme Marcoullis a rappelé la déclaration de Venise de 1980 et a dit que depuis lors, l’UE considère que les colonies sont illégales en vertu du droit international et constituent un obstacle à la paix.

“L’application de cette décision aurait des conséquences, non seulement sur la perspective de créer un Etat palestinien, mais également sur les relations entre l’UE et Israël”, a-t-elle déclaré. Mme Marcoullis a également affirmé que l’UE avait demandé aux autorités palestiniennes de faire un usage constructif du nouveau statut d'Etat observateur non membre aux Nations unies accordé à la Palestine et de ne prendre aucune mesure qui accroîtrait le manque de confiance et éloignerait davantage d'une solution négociée.

La ministre a également indiqué que l’UE demandait au premier ministre Netanyahu et au président Abbas de travailler au règlement du conflit israélo-palestinien avec un élan neuf. Elle a souligné que l’UE travaillerait également avec tous ceux qui souhaitent la rejoindre dans sa quête en faveur de la paix, de la stabilité et de la prospérité.

“Il est dans l’intérêt vital de l’UE d’encourager la paix et la démocratie dans toute la région; la fin de ce conflit qui continuera de miner la paix et la sécurité aux frontières méridionales de l’UE tant qu’il ne sera pas résolu constitue une priorité stratégique”, a déclaré Mme Marcoullis.

Pour terminer, elle a conclu qu’il n’y aurait pas de paix durable tant que les aspirations des Palestiniens, qui demandent un Etat et la souveraineté, et des Israéliens, qui veulent la sécurité, ne seront pas satisfaites grâce à une paix globale négociée s’appuyant sur une solution fondée sur la coexistence de deux États.

Rapport de suivi concernant l’Albanie pour 2012

Lorsqu’elle s’est exprimée au nom du Conseil sur le rapport de suivi concernant l’Albanie pour 2012, Mme Marcoullis a déclaré que l’UE coopérait avec ce pays dans un grand nombre de domaines et menait un large dialogue politique. Les relations entre l’UE et l’Albanie gagnent en importance, ce qui reflète le rôle significatif et croissant que joue ce pays dans la région. Mme Marcoullis a remercié le Parlement pour sa contribution utile à ce débat et a félicité le rapporteur Nikolaos Chountis pour son intéressant travail. Elle a ajouté que “Le Conseil et le Parlement sont d’accord sur un grand nombre de points.”

La ministre a renvoyé aux conclusions du Conseil des affaires générales adoptées la veille dans lesquelles le Conseil salue les progrès réalisés par l’Albanie pour répondre aux 12 priorités essentielles qui figurent dans l’avis de la Commission de 2010. Pour obtenir le statut de candidat, l’Albanie doit toutefois continuer de progresser de manière régulière, en particulier en ce qui concerne la réforme de l’administration publique et de l’appareil judiciaire.

“Renforcer l’indépendance, l’efficacité et la responsabilité du système judiciaire, lutter contre la corruption et le crime organisé, protéger les minorités, voilà autant de secteurs clés essentiels sur le chemin du pays vers l’UE”, a ajouté la ministre Marcoullis.

Elle a également précisé que l’organisation des élections en juin 2013 constituerait un test déterminant pour savoir si les institutions démocratiques du pays fonctionnent bien. Elle a conclu en affirmant que “Un dialogue politique soutenu et la poursuite des efforts dans tous les domaines couverts par les priorités essentielles resteront déterminants pour les réformes et l’avancée future de l’Albanie vers l’Union européenne.”

L’UE se prépare à recevoir des demandeurs d’asile en provenance de Syrie

Quant aux préparatifs de l’UE en ce qui concerne un éventuel afflux de demandeurs d’asile en provenance de Syrie, Mme Marcoullis a souligné que le Conseil partageait les préoccupations du Parlement que la situation en Syrie et en particulier ses effets sur la population civile inquiète.

“Nous continuons de suivre la situation, comme nous le faisons depuis le début de la crise, en mettant surtout l’accent sur l’aide humanitaire aux ressortissants syriens affectés. Nombre d’entre eux ont été forcés de quitter leur foyer et sont actuellement déplacés dans d’autres parties de la Syrie ou de l’autre côté de la frontière, dans des pays voisins comme la Turquie, la Jordanie, le Liban et l’Iraq”, a-t-elle assuré.

La ministre des Affaires étrangères a en outre informé le PE qu’en octobre, le Conseil avait réaffirmé que l’UE et ses Etats membres continueraient de fournir une aide humanitaire aux populations affectées. Il avait également souligné qu’il était nécessaire de lever des fonds supplémentaires et avait engagé l'ensemble des bailleurs de fonds à augmenter leurs contributions en réponse aux derniers appels lancés par les Nations unies afin de financer l'aide humanitaire et l'aide aux réfugiés. La ministre a indiqué qu’ensemble, l’UE et ses Etats membres versaient la contribution la plus élevée au plan de réponse régional pour les réfugiés syriens lancé en septembre par l’UNHCR et d’autres organisations. À ce jour, cette aide a atteint un total de près de 228 millions d’euros, soit 53% de la réponse internationale totale.

Rien ne laissant penser que la crise intérieure en Syrie soit susceptible de se terminer dans un proche avenir, le Conseil prend également des mesures pour se préparer aux défis qui pourraient résulter à moyen et long terme d’un nouvel accroissement des pressions migratoires. En octobre, le Conseil a entériné une proposition de la Commission prévoyant la mise en place d’un programme de protection régional qui devrait être pleinement opérationnel au printemps 2013.

Ce programme est destiné à faire face à la situation particulière de la Syrie; il contribuera à renforcer les capacités des autorités et des organisations chargées de la protection régionale et des réfugiés et fournira des solutions durables face à la détresse de ceux qui ont été forcés de quitter le pays.

“Nous sommes prêts à prendre toute nouvelle mesure qui s’imposerait pour faire face au problème des pressions migratoires en fonction de l’évolution de la situation en Syrie”, a déclaré la ministre Marcoullis.

Prix Sakharov 2012 pour la liberté de pensée

La ministre des Affaires étrangères de la République de Chypre a également participé à la cérémonie de remise du prix Sakharov 2012 pour la liberté de pensée. Le prix a été décerné à Nasrin Sotoudeh, activiste, et à Jafar Panahi, cinéaste, pour leur combat en faveur des droits de l’homme.

 

Presidency Spokesperson in Brussels
Nikos Christodoulides

Coreper II

E-mail: nchristodoulides@mfa.gov.cy
Téléphone: +32 27395152
Mobile: +32 473400441
Communications Officer
Charis Christodoulidou

Ministry of Foreign Affairs

E-mail: cchristodoulidou@mfa.gov.cy
Téléphone: +357 22401165

ACTUALITES APPARENTEES

EVENEMENTS APPARENTES

10.12.2012 - 13.12.2012