CE SONT DES ARCHIVES EN LIGNE DU SITE WEB DE LA PRESIDENCE CHYPRIOTE DE L’UE EN 2012. LE SITE NE SERA PLUS MIS A JOUR.
 

NOUVELLES

Article – La croissance bleue: une nouvelle conception de l’avenir de l’Europe?
09.10.2012, 14:07 (CET)
Ce n’est pas par hasard que la Terre est appelée la ‘planète bleue’. Près de 70 pour cent de sa surface est couverte par les océans. Dans l’Union européenne à elle seule, 22 Etats membres sur 27 ont une côte et les deux tiers des frontières européennes sont déterminés par la mer. La mer n’est pas seulement une ressource essentielle pour la société, elle est également partie intégrante de l’identité et de l’économie européennes. La croissance bleue, définie comme une croissance intelligente, durable et inclusive de l’économie et de l’emploi grâce aux océans, aux mers et aux côtes, pourrait inaugurer une nouvelle conception de l’avenir de l’Europe en tant qu’élément central de la politique maritime intégrée de l’UE.

Dans l’Union européenne, 5,4 millions de citoyens travaillent actuellement dans l’économie marine et maritime. Ces secteurs contribuent à l’économie globale pour une valeur ajoutée brute annuelle d’un peu moins de 500 milliards d’euros.

D’ici 2020, la Commission européenne prévoit que le nombre de personnes travaillant dans ces secteurs pourrait passer à sept millions au total et que la valeur annuelle créée pourrait augmenter de 100 milliards d’euros.

Selon la commissaire aux affaires maritimes et à la pêche Maria Damanaki, l’‘économie bleue’ peut se révéler indispensable pour appuyer la relance de l’économie européenne.

“Tous les secteurs de l’économie européenne sont essentiels pour nous aider à traverser cette période difficile. L’économie bleue présente un potentiel de croissance économique durable tant dans les secteurs marin et maritime traditionnels que dans ceux qui sont en expansion”, affirme Mme Damanaki.

L’innovation en première ligne

La croissance bleue a comme point de départ la conviction que les mers, les côtes et les océans peuvent jouer un rôle déterminant pour trouver des solutions à un grand nombre de défis et de tensions auxquels l’UE est actuellement confrontée et a pour objectif de développer la dimension maritime de la stratégie Europe 2020 pour une croissance intelligente, durable et inclusive en mettant l’innovation en première ligne.

“L’innovation, l’esprit d’entreprise et le dynamisme sont caractéristiques de ces secteurs de l’économie européenne. La croissance bleue consiste à rallier toutes les parties prenantes, des institutions et des Etats membres jusqu’aux régions et aux PME, pour qu’elles travaillent ensemble à relever les défis existants afin que nous puissions utiliser de la manière la plus productive et la plus durable possible nos mers et nos côtes”, ajoute Mme Damanaki.

L’économie bleue en bonne place dans le programme de travail

Le mois dernier, la Commission a publié une communication qui marque le début d’un processus visant à mettre l’économie bleue et son développement en bonne place dans le programme de travail des Etats membres, des régions, des entreprises et de la société civile.

Intitulée ‘La croissance bleue: des possibilités de croissance durable dans les secteurs marin et maritime’, la communication identifie cinq domaines dans lesquels des efforts supplémentaires au niveau de l’UE peuvent stimuler la croissance à long terme et la création d’emplois durables dans l’économie bleue, conformément aux objectifs de la stratégie Europe 2020.

Ces domaines sont les suivants:

  1. tourisme maritime, tourisme côtier et tourisme de croisière,
  2. énergie bleue,
  3. ressources minérales marines,
  4. aquaculture, et
  5. biotechnologie bleue.

L’objectif est de contribuer au développement des activités maritimes, en particulier celles dont le potentiel est le plus prometteur. Ce sont notamment la production d’énergie renouvelable et l’extraction de minéraux des mers et des océans de l’UE sans entamer le capital des générations futures et en réduisant les coûts technologiques.

Dans le cas de l’aquaculture et de la biotechnologie, l’UE a pris acte de l’intérêt que ces domaines peuvent présenter notamment pour l’économie, la nutrition et la fabrication de produits pharmaceutiques. Elle estime qu’il s’agit de domaines en expansion qui devraient être exploités en conséquence.

Au cours des prochains mois, la Commission européenne devrait présenter des initiatives spécifiques dans tous ces domaines afin d’analyser et de développer leur potentiel de croissance.

Un nouvel élan

Lundi, les ministres des Etats membres de l’UE ont adopté à Chypre la ‘déclaration de Limassol’ sur la politique maritime intégrée (PMI) de l’Union européenne. Elle vise à redynamiser cette politique transversale innovante lancée à Lisbonne en 2007, insufflant ainsi un nouvel élan à sa mise en en œuvre.

Selon le ministre de la Communication et des Travaux publics de Chypre Efthemios Flourentzou, la croissance bleue revêt ici une importance déterminante.

“Grâce à la déclaration, la grande contribution potentielle de la ‘croissance bleue’ aux efforts déployés par l’UE en faveur de la croissance économique et de la réalisation des objectifs de la stratégie Europe 2020 sera encouragée”, a affirmé M. Flourentzou.