CE SONT DES ARCHIVES EN LIGNE DU SITE WEB DE LA PRESIDENCE CHYPRIOTE DE L’UE EN 2012. LE SITE NE SERA PLUS MIS A JOUR.
 

NOUVELLES

Article – À la rencontre des experts à Bruxelles
10.09.2012, 14:10 (CET)
Ils président plus de 150 groupes de travail et comités du Conseil qui préparent le Coreper et le Conseil des ministres ou participent à leurs réunions. Ils sont en première ligne et doivent connaître tous les nouveaux défis, progrès réalisés, mises à jour et technologies existant dans leur domaine de compétence. Ce sont les experts. Lundi soir, lors de l'évènement "Rencontrez les experts" organisé par la représentation permanente de Chypre à Bruxelles, les journalistes auront la possibilité d'en rencontrer quelques-uns.

Nicolas Lyrakides et Marios Stephanides sont deux de ces experts. M. Lyrakides, conseiller aux transports et aux communications, coordonne l'équipe du ministère de la Communication et des Travaux publics à la représentation permanente et M. Stephanides, conseiller aux affaires financières, traite les questions du ressort de l'Ecofin.

Pourquoi un évènement comme “Rencontrez les experts” est-il important?

M. Stephanides: Nous espérons procéder à un échange de vues informel avec la presse afin de faire connaissance, car notre travail est souvent lié. Il est important d'avoir la possibilité de présenter nos activités, d'expliquer le pourquoi et les conséquences de certains votes et amendements et de mettre des visages sur les écrits.

M. Lyrakides: Ce sera également une bonne occasion d'expliquer brièvement aux journalistes quels sont les principaux dossiers du moment, de les informer des progrès accomplis, de rappeler nos objectifs en tant que présidence actuelle du Conseil de l'UE et d'échanger nos coordonner pour pouvoir à l'avenir nous contacter le cas échéant.

M. Stephanides: Tout cela sera fait dans une ambiance que nous espérons détendue, où chacun pourra aussi être davantage lui-même que dans un cadre formel.

Quels sont les tâches qui vous incombent en tant qu'experts?

M. Lyrakides: Être conseiller ou attaché, c'est-à-dire expert dans votre domaine au sein d'une représentation permanente à Bruxelles, est en soi une tâche exigeante et plurielle, avec de nombreuses responsabilités et de multiples défis, beaucoup de travail, d'étude, de planification, d'organisation, de gestion du temps et de réunions. C'est la tâche à remplir qui est notre fil conducteur et non le nombre d'heures passées à travailler, ce qui signifie que nous n'avons pas d'horaire fixe. Si un travail doit être fait, il le sera peu importent l'heure et le jour.

Dans quelle mesure votre travail est-il différent depuis que Chypre assure la présidence?

M. Stephanides: Pendant la présidence, je ne suis plus seulement le représentant de Chypre. Je dois maintenant tenir compte des besoins et des desiderata de chacun des 27 Etats membres. Il ne s'agit plus uniquement de représenter votre position nationale, qu'il faut parfois même ignorer pour dégager un accord plus large. Quand on assure la présidence du Conseil, la différence ne réside donc pas tant dans le travail au quotidien qui a beaucoup augmenté, même au niveau administratif, mais davantage dans la manière de voir les choses.

M. Lyrakides: Tout devient plus grave et plus important. Assurer la présidence signifie que tous les projecteurs sont braqués sur vous pendant cette période; tout le monde attend que vous soyez leur leader, celui qui doit résoudre tous les problèmes, la personne chargée de réfléchir et proposer un compromis. L'ensemble de la législation communautaire, les règlements, directives, décisions de politique, etc., sont d'abord examinés en détail et en totalité par les différents groupes de travail.

Comment décririez-vous au néophyte le rôle que jouent les groupes de travail au sein du Conseil?

M. Stephanides: Le groupe de travail, c'est là où une proposition législative qui paraissait parfaitement sensée sur le papier est soudain remise en cause par tous et finit par avoir l'air d'être une véritable aberration! Blague à part, un groupe de travail est l'enceinte idéale pour un Etat membre qui souhaite faire d'une proposition législative quelque chose qui fonctionne dans son cadre national. C'est dans cette enceinte qu'il convient de faire part de considérations ou de préoccupations nationales, ce qui donne parfois lieu à des débats très animés sur ce que l'on peut et ne peut pas faire, sur ce que l'on doit faire et sur ce que tout le monde est contraint de faire même si personne ne le souhaite.

M. Lyrakides: Juste pour vous donner une idée, il y a actuellement plus de 200 groupes du Conseil qui siègent à Bruxelles. Les experts rencontrent la Commission et travaillent à améliorer la réglementation dans l'intérêt de tous les citoyens européens. À l'aide du consensus entre les 27 Etats membres de l'UE, nous essayons de présenter les meilleures propositions législatives possibles à nos représentants permanents aux Coreper I et II, à nos ministres (dans différentes formations du Conseil) et à nos chefs d'Etat (en coopération avec le Parlement européen, la Commissions et d'autres institutions et agences de l'UE). Ainsi, la structure de nos accords politiques va toujours dans le sens de l'UE et des intérêts de ses citoyens.

Quels sont les plus grands défis à relever dans votre fonction?

M. Lyrakides: Chypre assure la présidence pour la première fois. C'est à la fois un défi et une occasion pour nous de prouver qu'un petit pays à la périphérie de l'Europe est capable de mener à bien les tâches qui lui ont été confiées, de faire avancer l'Europe et d'essayer de construire une meilleure Europe, et ce, malgré la crise financière, politique et sociale qu'elle traverse. Nous sommes en première ligne et exposés chaque jour aux différents "champs de bataille" qui existent au cœur de notre continent; nous ressentons donc cette responsabilité plus fortement que d'autres. Par ailleurs il s'agit également d'un grand défi, qui ne se présentera qu'une seule fois dans la vie de certains, que d'agir de manière responsable et professionnelle, d'obtenir ce rôle de leader et de faire le travail le mieux possible.

Tous nos collègues de la représentation permanente sont bien formés et expérimentés, professionnels et par-dessus tout fiers d'être Chypriotes et Européens. Je leur fais à tous pleinement confiance et suis sûr qu'en définitive, notre présidence figurera parmi les plus réussies.

Comme dans chaque bataille, notre travail est évidemment un travail d'équipe. Nous ne pourrions "combattre" seuls. Tous nos partenaires, que ce soient les experts de Nicosie (Lefkosia), le ministère des Affaires étrangères et les autres ministères, les représentants permanents, les assistants ou un grand nombre d'autres professionnels, sont d'égale importance si nous voulons mener à bien notre mission. C'est un impératif que de combiner connaissances, expérience et compétences organisationnelles, politiques et diplomatiques.

Marios, vous travaillez sur les questions économiques et financières. Quels sont les problèmes particuliers que vous avez à traiter dans le cadre de votre fonction du fait de la crise économique mondiale actuelle?

M. Stephanides: L'Union traverse une période difficile. La pression n'a jamais été aussi forte et les questions Ecofin sont sous les feux de la rampe. Notre programme doit donc être ciblé mais en même temps très souple puisqu'il faut suivre une situation qui ne cesse d'évoluer et il est indispensable de pouvoir réagir rapidement en adaptant notre stratégie. Il faut répondre vite à des questions assez sensibles et notre travail fait l'objet d'un réajustement permanent. De plus, il nous faut mettre en place de nouvelles méthodes de travail et tenir compte des conclusions d'un grand nombre d'instances lorsque nous préparons les propositions qui seront finalement soumises au Conseil européen.

Tout cela c'est pour nous un défi à relever, mais il est également très intéressant d'être originaire d'un si petit pays et de devoir traiter ces questions importantes, le principal objectif étant de surmonter cette crise extraordinaire qui a des répercussions sur la vie de chacun d'entre nous.

Photos: Ci-dessus: Nicolas Lyrakides à l'entrée du bâtiment Justus Lipsius. À droite: Marios Stephanides dans son bureau.

Presidency Spokesperson in Brussels
Nikos Christodoulides

Coreper II

E-mail: nchristodoulides@mfa.gov.cy
Téléphone: +32 27395152
Mobile: +32 473400441
Presidency Spokesperson in Brussels
Marianna Karageorgis

Coreper I

E-mail: mkarageorgis@pio.moi.gov.cy
Téléphone: +32 27404002
Mobile: +32 473858237