CE SONT DES ARCHIVES EN LIGNE DU SITE WEB DE LA PRESIDENCE CHYPRIOTE DE L’UE EN 2012. LE SITE NE SERA PLUS MIS A JOUR.
 

NOUVELLES

Article – Protection du patrimoine culturel
01.11.2012, 09:10 (CET)
La protection et la préservation du patrimoine culturel ainsi que la coopération régionale et internationale dans ce domaine sont sous les projecteurs cette semaine avec deux conférences organisées sous les auspices de la Présidence chypriote. Il s’agit d’une part de la 4e conférence euro-méditerranéenne sur le patrimoine culturel ‘EuroMed 2012’ qui a commencé lundi 29 octobre et se poursuit jusqu’au 3 novembre à l’hôtel Amathus de Limassol (Lemesos), et d’autre part d’un symposium international plus spécialisé qui se tiendra à la Fondation Anastasios G. Leventis de Nicosie (Lefkosia) le 3 novembre. Ce dernier porte sur la question de savoir si la législation existante protège efficacement le patrimoine archéologique en Méditerranée.

Le programme de travail de la conférence internationale ‘EuroMed 2012’, initiative de la Faculté d’ingénierie et de technologie de l’Université de technologie de Chypre, a été adapté aux objectifs de la Présidence chypriote en matière de patrimoine culturel.

Des participants de plus de 60 pays

Selon Marinos Ioannides, principal organisateur et président de la conférence, l’édition de cette année comporte des centaines de présentations audiovisuelles et d’ateliers ainsi que des démonstrations d’universités et de l’industrie. Des décideurs politiques, des professionnels, des étudiants et des délégués de plus de 60 pays participeront à la conférence.

M. Ioannides précise que le principal objectif de la conférence, qui dure une semaine, est de débattre des futures méthodes et projets de coopération qui pourraient être mis en œuvre à l’échelon régional et international pour protéger, préserver et archiver électroniquement le passé, “qu’il se matérialise dans l’écrit, le dessin, l’architecture ou l’archéologie.”

Ambitions de la conférence

La conférence entend mobiliser les parties prenantes de l’ensemble des Etats membres de l’UE et sensibiliser des organisations européennes et internationales telles que la Commission européenne, le Parlement européen, le Conseil de l’Europe, l’UNESCO, le Conseil international des monuments et des sites (ICOMOS) et le Centre international d'études pour la conservation et la restauration des biens culturels (ICCROM).

Il est à noter que la conférence, qui est organisée sous l’égide de la Présidence chypriote du Conseil de l’UE, a lieu juste avant la fin de la négociation du prochain programme-cadre de l’UE ‘Horizon 2020’. Il s’agira du plus important programme de financement de la recherche, de l’innovation, du développement technologique et des activités de démonstration au monde.

M. Ioannides estime que l’existence à Chypre d’un grand nombre de monuments et de sites archéologiques classés au patrimoine mondial de l’UNESCO en fait un endroit idéal pour la tenue de la conférence.

Défis à relever en phase de transition

“Nous vivons à une époque caractérisée par des changements environnementaux, sociétaux et technologiques importants et soudains”, déclare le président de la conférence.

“Le changement climatique, les conflits militaires et l’intervention humaine sur l’environnement, combinés aux développements révolutionnaires de la technologie et de la société, représentent pour chacun d’entre nous des défis majeurs à relever. Voilà pourquoi une coopération étroite entre professionnels, universitaires, citoyens et organisations internationales est essentielle afin que la recherche soit efficace et que la technologie progresse dans le domaine du patrimoine culturel”, explique M. Ioannides.

Une dimension internationale

Parmi les éminentes personnalités qui feront les principales interventions lors d’‘EuroMed 2012’ figurent Kishore Rao, directeur du Centre du patrimoine mondial de l’UNESCO, et Michael T. Jones, directeur technique (Chief Technology Advocate) chez Google.

Selon ses organisateurs, le but suprême de la conférence est de créer autant que possible entre les parties prenantes, c’est-à-dire les responsables internationaux, une compréhension commune des besoins actuels dans le domaine du patrimoine culturel. Présenter au grand public les questions relatives à la gestion du patrimoine culturel mais aussi les y associer est de première importance.

“Ce serait très utile que chaque citoyen européen connaisse les développements récents et les réalisations technologiques dans ce domaine. Certaines parties de la conférence EuroMed sont exclusivement consacrées à la sensibilisation du public”, conclut M. Ioannides.

Législation

Le cadre juridique de la protection du patrimoine culturel et archéologique en Méditerranée constitue le principal thème du symposium international qui a lieu le 3 novembre à la Fondation Anastasios G. Leventis de Nicosie (Lefkosia).

S’exprimant au nom de la fondation, son directeur Charalambos Bakirtzis déclare que dans de nombreux cas, la législation est obsolète et ne répond pas aux besoins d’aujourd’hui.

“Il est essential que les experts débattent, comparent et établissent des liens afin de savoir si la législation existante est suffisante, moderne et homogène dans les différentes régions de la Méditerranée”, affirme-t-il.

Questions à l’examen

Pendant le symposium, des questions telles que la définition du patrimoine culturel et des antiquités, leur place dans la société d’aujourd’hui et les raisons de les protéger ainsi que le rôle des gouvernements locaux dans la protection du patrimoine antique et la création de musées archéologiques locaux seront abordées.

En outre, l’accent sera mis sur la question de savoir s’il est possible d’améliorer la législation internationale sur le retour dans leur pays d’origine d’objets archéologiques mobiliers exposés dans différents musées. Les participants se demanderont par ailleurs si la législation existante permet de contrôler suffisamment le commerce des antiquités dans tous les pays et comment une nouvelle législation pourrait protéger l’environnement et les sites et monuments antiques.

Discours

Le discours d’ouverture du symposium sera prononcé par Lina Mendoni, archéologue et secrétaire générale au ministère de la Culture de Grèce. Maurizio Fiorilli, juge de l’Etat italien et conseiller juridique de l’ ICCROM, Olivier Poisson, conservateur général du patrimoine en France et Maria Hadjicosti, directrice du Département des antiquités de la République de Chypre, interviendront également entre autres orateurs.