CE SONT DES ARCHIVES EN LIGNE DU SITE WEB DE LA PRESIDENCE CHYPRIOTE DE L’UE EN 2012. LE SITE NE SERA PLUS MIS A JOUR.
 

NOUVELLES

Article - Raconter le passé, le présent et l'avenir – l'art au centre Filoxenia
06.08.2012, 16:08 (CET)
Pendant toute la durée de la Présidence chypriote de l'UE, le centre de conférences Filoxenia et le centre de presse Cypress servent de base aux nombreux délégués et journalistes venus des quatre coins de l'Europe. Il est difficile d'ignorer les œuvres d'art disséminées un peu partout dans le bâtiment, mais rare sont les visiteurs qui connaissent leur intéressante histoire et leur signification.

À l'entrée du centre de presse Cypress, lorsque vous vous dirigez vers les salles de presse Karpasia et Bellapaïs après avoir passé la réception, une énorme sculpture en argile de 3X8 mètres s'offre à vos yeux. Cette œuvre marquante, réalisée par le célèbre artiste chypriote Valentinos Charalambous, est intitulée “Naissance et renaissance” et raconte l'histoire tumultueuse de Chypre grâce à une combinaison de représentations symboliques, de plaques de céramique et de frises.

“Je ne pense pas qu'il existe un autre pays ayant autant été influencé par les peuples qui l'entourent”, estime M. Charalambous. “L'île a subi des invasions en provenance de l'est, de l'ouest, du nord et du sud. Voilà ce qui rend son histoire unique. Tout le monde est attiré par Chypre du fait de sa position stratégique et de ses précieux atouts combinés à sa beauté. Ils ont tous eu une bonne raison de venir sur l'île et chacun y a laissé son empreinte”, ajoute l'artiste.

Lecture de la droite vers la gauche

Il est conseillé de “lire” la sculpture de la droite vers la gauche, même si M. Charalambous concède que ce mode de lecture ne rend pas totalement justice à l'histoire. Cette lecture inversée est due au fait que l'œuvre avait initialement été conçue pour l'aéroport international de Nicosie dans les années 60 et c'était ainsi que les voyageurs voyaient l'œuvre lorsqu'ils passaient devant. C'est également le cas aujourd'hui puisque vous trouvez la sculpture sur votre droite après avoir passé la réception pour vous rendre au centre de presse Cypress.

“Nous avons eu beaucoup de chance qu'on nous aie attribué ce mur”, explique M. Charalambous dans un sourire.

À la sortie du centre de presse Cypress, devant le centre de conférences Filoxenia, une autre œuvre d'art spectaculaire vous attend. Vingt-sept roues de bicyclette, représentant les 27 Etats membres de l'Union européenne, constituent “Ensemble” de Nikos Kyprianou. Chaque roue a un diamètre différent et est reliée à la suivante par une chaîne, ce qui symbolise l'interdépendance des Etats membres de l'UE et l'importance de la coopération dans le respect de la diversité des pays.

“Ensemble” est l'une des trois œuvres d'art qui ont été sélectionnées lors d'un concours organisé pour orner le centre de conférences Filoxenia à l'occasion de la Présidence chypriote de l'UE.

De la couleur du cuivre

Dans le couloir qui mène au restaurant Halkos, au rez-de-chaussée du centre de conférences Filoxenia, se trouve la deuxième œuvre d'art sélectionnée lors du concours. “Alasia” de Ioannis Kofteros se constitue de feuilles d'olivier en verre coulé. Les feuilles sont de la couleur du cuivre, métal qui a jadis rendu Chypre célèbre et a donné son nom à l'ancienne Cyprium. La composition représente les épreuves endurées par les Chypriotes tout au long de l'histoire de leur île et montre que leur créativité leur permettra encore de survivre à l'avenir.

La troisième œuvre a été placée dans le salon V.I.P. du centre de conférences Filoxenia. “Solution tactile” de Klitsa Antoniou se compose de bois, de métal et, à y regarder de près, de vrais vêtements usagés. Les vêtements représentent des corps anonymes à taille humaine et la “clôture” qui les unit symbolise des personnes organisées en groupes dynamiques. Cette sculpture renvoie de manière indirecte aux problèmes auxquels sont confrontés les êtres humains mais également aux nouvelles solutions apportées par la famille européenne.

Ces œuvres, aux côtés d'autres empruntées à la Galerie nationale, font du centre de conférences et du centre de presse un endroit où l'on se sent accueilli ("filoxenia" signifie en grec "hospitalité"), mais également un espace où l'on peut laisser libre cours à la réflexion et à l'imagination.

Plus de photos apparentées ici