CE SONT DES ARCHIVES EN LIGNE DU SITE WEB DE LA PRESIDENCE CHYPRIOTE DE L’UE EN 2012. LE SITE NE SERA PLUS MIS A JOUR.
 
Message d’adieu du ministre délégué chargé des Affaires européennes, Andreas D. Mavroyiannis

Dernières journées de la Présidence chypriote. Ithaque, où nous sommes arrivés à bon port, nous «a donné le beau voyage». En cette journée, les sentiments se mélangent: fierté et profonde satisfaction, mais également émotion de voir le voyage toucher à sa fin, sans oublier une inévitable impression de soulagement.

C’est le 1er juillet 2012 que Chypre s’est vue confier la Présidence du Conseil de l’UE, pour la première fois depuis son adhésion à l’Union européenne. Elle l’a reçue avec un grand sens des responsabilités et de l’honneur ainsi qu’avec la volonté de la rendre opérationnelle et axée sur les résultats.

Notre objectif d’ensemble était de travailler en faveur d’une meilleure Europe, une Europe plus pertinente aux yeux de ses citoyens et dans le monde, une Union qui agit en s’appuyant sur ses principes et valeurs fondamentaux, une Union plus efficace menant des politiques durables qui favorisent l’emploi, la croissance et la cohésion sociale.

Les personnes et les institutions étant à la source d’une Union démocratique, nous avons également aspiré à promouvoir l’Europe en tant que “filoxenos topos”, espace accueillant sans frontières ni barrières où règne la cohésion sociale. Un environnement qui débouchera sur une société plus conviviale et centrée sur l’être humain, un espace où les jeunes se sentiront bienvenus et se verront offrir les outils qui leur permettront de modeler et de changer le monde.

L’une de nos principales ambitions, que je pense avoir été réalisée, était d’agir en intermédiaire impartial souhaitant travailler de manière constructive au sein du Conseil et en harmonie avec les autres institutions, ce qui facilite la coopération interinstitutionnelle. Nous nous voulions un vecteur de communication, de synergies et de complémentarité entre les personnes, les institutions et les métiers, faisant ainsi avancer l’agenda européen. Et ce, sans jamais oublier le respect de l’autre ni la défense de la dignité et de la bonne foi, qui constituent les valeurs éthiques centrales de notre approche tant sur la forme que sur le fond.

Un vrai attachement aux idéaux européens a constitué le fil conducteur de notre travail. Il est devenu plus important encore au vu des défis auxquels l’UE est confrontée, puisqu’elle doit faire face aux conséquences de la crise et à un vif débat sur l’avenir de notre Union. Nous avons préféré nous employer à faire la différence sur le terrain et à présenter l’essence de l’UE comme constituant une partie de la réponse que l’on pourrait apporter aux débats téléologiques menés depuis si longtemps.

Permettez-moi de dire en toute modestie et en toute franchise que la Présidence chypriote a obtenu pour l’Union des résultats tangibles et significatifs grâce à une approche opérationnelle et pragmatique.

En quelques mots, nous aspirions à faire avancer l’intégration européenne, ne serait-ce qu’un peu. Et je pense que les importants résultats engrangés par notre Présidence, comme l’adoption du paquet relatif au brevet unitaire, l’accord au Conseil sur un mécanisme de surveillance unique, l’accord avec le Parlement européen sur le budget 2013 de l’UE et les progrès réalisés sur des actions clés de l’Acte pour le marché unique et sur le régime d’asile européen commun, montrent que nous y sommes parvenus.

J’ai confiance en la Présidence irlandaise entrante qui va faire un remarquable travail. Elle dispose des compétentes, de la détermination et du savoir-faire nécessaires à cette fin. Ce serait pour nous un honneur si elle trouvait utile ce que nous laissons derrière nous.

Avant de conclure, j’aimerais saisir cette occasion pour remercier toutes les institutions et la Pologne ainsi que le Danemark, nos partenaires du trio, pour leur excellente coopération. Merci bien sûr aussi à tous ceux qui ont travaillé dur pour préparer et mener à bien la première Présidence chypriote.

Arrivé à la fin de mon message, je sens déjà la nostalgie qui commence à s’instiller en moi.

 

 

 

Andreas D. Mavroyiannis