CE SONT DES ARCHIVES EN LIGNE DU SITE WEB DE LA PRESIDENCE CHYPRIOTE DE L’UE EN 2012. LE SITE NE SERA PLUS MIS A JOUR.
 

NOUVELLES

Article - Le cadre financier pluriannuel sur le devant de la scène
22.06.2012, 08:06 (CET)
Chypre se prépare à assurer sa première présidence du Conseil de l’Union européenne et les questions au programme ne manqueront certainement pas au cours des six prochains mois. Le cadre financier pluriannuel (CFP) constitue la priorité numéro un du ministre délégué chargé des affaires européenne de Chypre, Andreas Mavroyiannis.

La marque du succès

Qu’est-ce qui pourrait faire de la Présidence chypriote un succès? Le cadre financier pluriannuel (CFP) de l’UE pour la période 2014-2020 arrive en tête de liste des réponses à cette question.

Selon Andreas Mavroyiannis, ministre délégué chargé des affaires européennes de Chypre, “le CFP est la tâche la plus importante à laquelle nous ayons à faire face et le principal dossier que la Présidence chypriote, dans son rôle de juste intermédiaire, aura à traiter pendant les six prochains mois. Ce n’est pas simplement un budget, mais l’outil qui permet de structurer l’avenir de l’Union. Grâce à lui, nous nous emploierons à promouvoir et à accélérer la croissance économique, à créer des emplois et à augmenter la compétitivité dans un esprit de justice et de solidarité, tout en contribuant à la cohésion sociale.”

Le CFP sera négocié par le Conseil des affaires générales placé sous la présidence de M. Mavroyiannis, qui s’est vu confier le contrôle politique général de la préparation de la Présidence chypriote.

Le CFP traduit en termes financiers les priorités politiques de l’Union sur une période de sept ans en fixant le plafond des principaux domaines de dépenses. Il pose ainsi les bases de la procédure budgétaire annuelle et assure la continuité dans le suivi des priorités fixées pour le bien de l’Europe.

Etant donné que 12 à 18 mois sont nécessaires pour convenir de la base juridique de l’ensemble des programmes et projets pluriannuels financés au titre du CFP, un accord politique devrait normalement intervenir sous Présidence chypriote, à la fin 2012.

“Notre ambition est bien sûr de dégager un accord politique sur ce dossier pendant notre Présidence et nous ferons le maximum pour y parvenir, mais durant les négociations il faut tenir compte d’un grand nombre de paramètres et nous devons veiller à ce que le travail soit bien fait. Nous ferons de notre mieux pour aller aussi loin que possible”, a affirmé M. Mavroyiannis.

Une Europe meilleure et plus présente

La manière dont la Présidence chypriote appréhende la négociation du CFP est représentative de son ambition plus générale de travailler ‘Pour une meilleure Europe’.

A une époque que M. Mavroyiannis qualifie de difficile pour l’Europe, il est essential que l’Union européenne soit considérée comme “faisant partie de la solution et non du problème”. Habituellement, le dialogue au sein des cercles universitaires et politiques oppose les partisans de ‘plus d’Europe’ aux défenseurs de ‘moins d’Europe’, la question de l’intégration européenne étant au centre des discussions.

La Présidence chypriote souhaite éviter ce type de débats stériles et promouvoir une Union plus présente pour ses citoyens et pour le monde.

“Une meilleure Europe, c’est une Europe plus efficiente, qui contribue à la croissance durable et à la création d’emplois par le biais de politiques efficaces, et une Europe qui s’appuie dans son travail sur le principe de la solidarité. Cela signifie qu’elle améliorera la qualité de vie et la cohésion sociale et qu’elle donnera aux citoyens européens de l’espoir dans les conditions actuelles de crise économique”, a poursuivi le ministre délégué.

L’idée que se fait la Présidence d’une ‘Meilleure Europe’ recouvre notamment le renforcement de la gouvernance économique, la mise en œuvre de la stratégie Europe 2020 et l’approfondissement du marché intérieur qui fête ses vingt ans; il bénéficiera sous Présidence chypriote d’une attention particulière afin de relancer la croissance. L’accent sera également mis sur l’achèvement, d’ici la fin 2012, du régime d'asile européen commun et de la restructuration de la politique maritime intégrée.

Apporter des valeurs chypriotes

M. Mavroyiannis, qui a une longue expérience puisqu’il a été ambassadeur en France et en république d’Irlande, Etats membres contribuant depuis longtemps et de manière significative au projet de l’UE, estime que Chypre peut se servir de son identité propre pour orienter sa toute première présidence du Conseil de l’UE.

“Chypre peut apporter sa pierre à l’Union européenne, en particulier en termes de valeurs. Nous pensons que nous pouvons rappeler certaines valeurs fondamentales comme la solidarité, un principe qui a inspiré le processus d’unification européenne tout entier”, a-t-il précisé.

“Il s’agissait de mettre en place les conditions organiques de la paix grâce à des solidarités de fait – la déclaration Schuman – et nous voulons revenir à cela dans toute la mesure du possible, parce que c’est ce que nous vivons dans notre propre pays”, a ajouté M. Mavroyiannis.

“Nous croyons que nous pouvons apporter notre contribution à cette idée et remettre à chacun en mémoire le caractère éminemment politique de ce projet.”

Accent mis sur la jeunesse

Avec l’idée de la solidarité à l’esprit, la Présidence chypriote souhaite également mettre l’accent sur les jeunes, dont l’intégration est cruciale pour l’avenir de l’Union européenne.

Selon M. Mavroyiannis, “les jeunes doivent sentir qu’ils sont accueillis et acceptés dans les sociétés dans lesquelles ils vivent, considérer l’espace européen comme leur propre espace et se sentir chez eux où qu’ils soient. Voilà l’idée de la ‘filoxenia’ (hospitalité) et un message central de notre Présidence: autrui doit être traité comme un membre de sa propre famille.”

Une Présidence basée à Bruxelles

Pour ce qui est de se sentir chez soi, la Présidence chypriote a fait de Bruxelles sa base pendant les six prochains mois. Selon M. Mavroyiannis, cet arrangement permettra d’assurer le bon déroulement du programme de la Présidence.

“Notre principale force de frappe est à Bruxelles, puisque près de 200 personnes travaillent à la Représentation permanente. Elles procéderont aux ajustements demandés par Chypre, qui assure le suivi politique, mais sont les mieux placées pour évaluer la situation sur le terrain et réagir à son évolution rapide afin de faire avancer le programme et d’obtenir des résultats en tant que justes intermédiaires”, a-t-il conclu.

Communications Officer
Poly Papavassiliou

Office of the Deputy Minister for European Affairs

E-mail: ppapavassiliou@cy2012eu.gov.cy
Téléphone: +357 22400144